Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Pour parler du tout sauf de cinejeu !

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mar Sep 12, 2017 11:05

J'en etais ou de mon coté heu je ne sais plus :lol:

LA REGION SAUVAGE de Amat Escalante : Mouais bon pour un film soi disant choquant ou trangressif on repassera. A part 2 mecs qui s'enculent çe sera le seul truc vraiment osé du film et encore. Non pas que ça soit mal mis en scene, mais ça ne raconte pas grand chose et la chute fait plutot penser à une mauvaise blague. (----+)

LES FILLES D AVRIL de Michel Franco : Ennui garanti. Il ne se passe pas grand chose et ça fini dans l'auteurisme amateur type femis. Tout ce que je n'aime pas. Emma Suarez fait ce qu'elle peut avec ce qu on lui donne, un personnage assez pauvre et se fait piquer la vedette par la gamine. Aucune tension particuliere. (-----)

QUE DIOS NOS PERDONE de Rodrigo Sorogoyen : La mise en scene est tendue et bien foutue, moins le scenario assez brouillon. Roberto Alamo est excellent et porte le film sur ses larges epaules, moins bien Antonio De la Torre qui agace avec son beguaiement comme il le dit lui meme pendant le film. Assez malin, mais c est surtout l'atmosphere lourde et chaude qui ressort parfaitement et l'austerité digne du cinema espagnol des années 70/80 qui donne tout le charme et la puissance. Pis le meurtrier, effroyable. Mais le film reprend trop les travers des thrillers coréens qui eux sont mieux foutus. Sinon, on ne s'y ennuie pas pour autant malgré les defauts. (--+++)

LES PROIES de Sofia Coppola : Hypnotique dès l'ouverture ou on se croirait dans un film de Tim Burton sauf qu ici se sont de veais paysages. Puis le film s'enlise dans des bavardages interminables pour installer là ou ça doit en venir tant et si bien que j'ai fini par penser à autre chose en cours de projection jusqu'à ce bing, ça part. Le film n'est pas evident, ce qui est interessant mais on s'en rend compte qu' à la fin, est que Coppola joue en permanence sur l'ambiguité, on ne sait pas d'ou va venir le danger, de lui ? D'elles, ou bien des 2, evitant tout manicheisme. Coppola etant une fille, celle ci joue beaucoup sur le coté seduction en livrant de superbes images, et une interpretation au cordeau de la part des actrices impeccables de la plus jeune à la plus vieille, meme la Kidman liftée comme pas permis est tres bien en sorciere. Par contre le jeu de Colin Farrell n'est pas à la hauteur des filles et femmes, trop en retrait et pas toujours credible. Un film etrange on j'en suis ressortie partagée sachant que celui ci n'est pas raté pour autant. Faut etre patient et attentif. Je le reverrai pour confirmer ou pas si le resultat est à la hauteur de l ambition affichée. (--+++)

PETIT PAYSAN de Hubert Charuel : Un premier long plutot bon meme si les seconds roles sont carrement chopés par les vaches que vous ne verrez plus de la meme façon apres le film. Le 2nds humains ne sont pas tres bien developpés, un peu trop dans le deja vu et sans surprise. Cela dit le film en dit long aussi sur l'utilisation des moyens de communications modernes et de leur derives, en cela le role de Bouli Lanners est tres bien vu. Le plus important et vraiment impressionnant de maitrise est ce qu'il se passe dans l'etable et de la relation de l 'homme face à l'animal livrant des scenes à couper le souffle. Ah je vous vois arriver là. Non Robert ne va pas se taper Marguerite dans le pré dans le dos de Germaine. :lol: :lol: :lol: (--+++)

ATOMIC BLONDE de David Leitch : Tres GerarCousinesque. Le scenario est inutilement alambiqué pour pas grand chose c'est vrai. Mais alors on s'en prend plein la gueule pour pas un rond dans des scenes d'action visuellement tres recherchées. Ca defouraille dans tous les sens avec une bande son qui colle parfaitement au film, du moderne vintage. C'est un film physique, tant pis pour la psychologie, ici c'est la plastique qui compte, tout joue sur le coté visuel. L'action y est fun avec enormement de trouvailles sans pour autant trouver cool une violence assez derangeante. le film joue sur les 2 tableaux, meme si celle ci ne se veut pas realiste pour autant. Ca cogne severe, saigne beaucoup, mais tout y est lisible et le montage adequat. Tout sur la forme plus que sur le fond c'est vrai, mais quelle forme. En pleine forme. (-++++)

Voila c'est fini pour aujourd hui :lol: :mrgreen:
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Mer Sep 13, 2017 10:02

La Grande Divine a écrit :Par contre le jeu de Colin Farrell n'est pas à la hauteur des filles et femmes, trop en retrait et pas toujours credible.

Je suis totalement d'accord. Il n'est à aucun moment inquiétant, alors que parait-il dans l'original avec Clint Eastwood, l'acteur est bien meilleur. Tout ce que j'ai pu lire depuis que j'ai vu le film de Coppola, sur la version précédente avec Eastwood, m'a énormément donné envie de le voir.
Mais je préfère attendre que le film de Coppola soit un peu effacé de mon esprit pour le voir.

La Grande Divine a écrit :Un film etrange on j'en suis ressortie partagée sachant que celui ci n'est pas raté pour autant. Faut etre patient et attentif.

Je trouve la mise en scène impeccable (quoi qu'un peu trop de plan sur la façade de la maison qui se répètent), le jeu des actrices excellent, mais le scénario finalement un peu molasson sur une partie, et décevant par rapport à ce qu'on pouvait en attendre en voyant la bande-annonce.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu une BA aussi mensongère !
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mer Sep 13, 2017 10:18

Elle n est pas totalement mensongère. Disont qu'elle laisse penser à un film beaucoup plus tendu. C'est surtout un film qui joue sur l'ambiguité d'une situation tendue ou chacun des personnages apporte sa pièce à l'edifice petit à petit jusqu'à ce que ça degenere pour de bon. La bande annonce laisse supposer que c'est lui le danger et uniquement lui face aux blanches colombes, ces pauvres femmes seules et sans defense dans une periode trouble guerriere et qu'elles ne sont pas. C'est c'etait plutot bien vu.
Mais nous avons eu le meme sentiment et nous ne sommes pas les seuls. Un ami qui a failli se casser de la salle et ne qui par la suite n'a regretté d'y etre resté.

J'ai vu le film dans un petit ciné du quartier latin pour etre tranquille par rapport aux grands groupe type UGC ou MK2, nous etions 7 dans la salle, et j'ai posé la question à l'exploitant par rapport à la rediffusion en salle du 1er film, c'est ce qu'ils ont voulu faire mais le distributeur qui est le meme que l'original (universal) n'a pas voulu lacher la copie pour que la comparaison entre les 2 films ne puisse pas se faire par crainte de perdre des entrées sur le Coppola. L'histoire est exactement la meme, mais le traitement doit etre bien different. C'est ça qui m'interesse. Les 2 films doivent avoir une identité bien propre à eux, Coppola à son univers c'est ce qui rend sa filmographie interessante. Tous les films de la Coppola sont rediffusés dans ce cinema en ce moment. Les ayant tous en dvd je me refais ça tranquillement à la maison.
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Mer Sep 13, 2017 11:35

Au contraire, moi et ma femme avions interprété la bande-annonce totalement à l'inverse.
Je pensais que ce gars, en abusant ses femmes, allait réveiller leur colère et qu'il allait vivre l'horreur. Au lieu de ça...

La Grande Divine a écrit :L'histoire est exactement la meme, mais le traitement doit etre bien different. C'est ça qui m'interesse. Les 2 films doivent avoir une identité bien propre à eux, Coppola à son univers c'est ce qui rend sa filmographie interessante. Tous les films de la Coppola sont rediffusés dans ce cinema en ce moment. Les ayant tous en dvd je me refais ça tranquillement à la maison.

A priori oui, le traitement est très différent.
Coppola a dit vouloir axer son film d'avantage sur le point de vue féminin (c'est une sorte de letmotiv chez elle), et je trouvais que c'était une bonne idée. Mais du coup le personnage masculin est presque trop "absent", trop passif. A priori dans le film avec Eastwood, le personnage masculin est vraiment un fumier détestable.
Je le verrai, mais je veux attendre, car l'histoire reste malgré tout la même donc je ne voudrais pas "m'ennuyer" en revoyant de manière rapprochée deux fois la même histoire.
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mer Sep 13, 2017 22:33

J ai vu la bande annonce du film eponyme de Don Siegel....effectivement c est pas du tout meme style beaucoup moins leché et plus radical. Meme histoire. Meme univers mais peu de chance qu on s y ennuie surtout dans ce sens là. Mieux vaut voir le Coppola en 1er et le Siegel en 2. Sinon les qualités qu on attribue au Coppola risquent de passer inaperçues si on voit le Siegel en 1er. Oui le Siegel à l air vraiment mieux.
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mer Sep 20, 2017 10:43

HITMAN & BODYGUARD de Patrick Hughes : Pour vous eviter de perdre vos neuronnes en cours de projo, munissez vous d'une feuille de papier A3 d'un stylo a fine pointe et faites un trait à chaque que le motherfucker est prononcé. Sachant que le film dure 120 minutes interminables et que le mot est au mpins prononcé 2 à 3 fois par minutes ça donne un certain nombre. La surenchere est quasi permanente et on sait ou ça vous nous mener au bout de 15 minutes. Les 1h45 restantes sont assez longues car le film a tendance à tourner en rond. Faut dire que ça passe à Amsterdam ville en escargot. Pis ça fait un barouf à vous decoller les tympans, une Selma Hayek qui joue comme un pied, de la musique en permence, des explosions à n'en plus finir, l'ensemble fini aussi par etre lassant. Meme les bavardages de Samuel L Jackson sont saoulants. Reste un duo noir et blanc, rien de tres nouveau, mais dont les 2 comediens semblent s'amuser à faire ce qu'ils veulent visiblement ils pont le champs libre. Pas desagreable car l'action est efficace, attention c'est pas stable et la violence brute de decoffrage ça fait pas dans le stylisé, du coup ATOMIC BLONDE passe à coté pour du Bergman. La poursuite dans les canaux est geniale, mais la longueur du film donne la sensation qu'il ne finira jamais. Rigolo certes mais totalement abrutissant. Comme dirait Danny Glover dans Larme Fatale ou ce film se veut heritier, j'ai passé l'age de ces conneries (---++)
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par PITBULL » Jeu Sep 21, 2017 1:39

Un buddy-movie vraiment sympathique à voir je trouve, le duo fonctionne bien et le film n'a qu'un seul but : réunir les amateurs du genre.
C'est niais mais ca s'assume complètement ! :D
Kelvin Pitbull, PDG de la Pitbull Production ainsi que fondateur et PDG de la Pitbull Production GM
Le Cinéma, un univers passionnant, une passion tout simplement !
Avatar de l’utilisateur
PITBULL
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 9375
Inscription : Sam Sep 18, 2010 12:48
Localisation : Gérardmerveille

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Ven Sep 29, 2017 9:40

Image
Synopsis : Un an après la disparition de son petit frère Georgie, Bill Denbrough cherche toujours à le retrouver. Mais si beaucoup d'enfants disparaissent étrangement dans la petite ville de Derry dans le Maine, c'est parce qu'une entité rôde, une entité qui prend l'apparence de ce qui terrorise les enfants de la ville. Avec sa bande de copains, le « Club des Ratés », Bill décide de prendre les choses en main et part à la recherche de la créature.

Avis : Nouvelle adaptation du roman de Stephen King, ce "Ça" est franchement réussi. La mise en scène est très bonne, et le casting surtout est impeccable ! On retrouve l'ambiance des années 80 à tous les niveaux (ces looks !!!) et on est emporté avec cette bande de gamins dans cette aventure terrifiante au cours de laquelle il font preuve d'un grand courage.
Si j'avais un bon souvenir de la première moitié du téléfilm de Tommy Lee Wallace, je ne me rappelais plus que de quelques détails de l'histoire, si bien que je l'ai pas mal redécouverte ici. Et j'ai beaucoup apprécié, au point d'être assez curieux de découvrir la deuxième partie, bien que je garde de mauvais souvenir du 2è téléfilm des années 90.
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Erbaf » Ven Sep 29, 2017 12:34

Dommage qu'il ne fasse pas peur par contre car ça passe vite a autre chose une fois qu'il y a un jumpscare. Sinon il est super.
Avatar de l’utilisateur
Erbaf
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 8893
Inscription : Mer Sep 21, 2011 18:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Ven Sep 29, 2017 15:59

Le film ne fait pas peur, en effet, d'autant plus qu'on voit venir les "jumpscare".
Mais c'est un très bon film fantastique. Et même si on sait que le chapitre 2 arrivera (la date de sortie est déjà fixée), le film fonctionne très bien tout seul.
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mer Oct 18, 2017 15:10

120 BATTEMENTS PAR MINUTE de Robin Campillo. Une reconstitution juste des années sida debut 90 parfaitement documentée avec des sujets tabous mis en evidence dans la derniere partie d'une triste et belle histoire d'amour. (-++++)

FAUTE D AMOUR de Andrei Zviaguistev : pour sur z'allez pas vous marrer. Un film difficile et douloureux qui fait bien mal. Magnifique mais faut s'accrochez et en vouloir (+++++)

MOTHER de Darren Aronofsky : nanar hystero qui apres avooir deglinguée Portman dans BLACK SWAN défonce ici Lawrence qui sera la seule rescapée de crash cinematographique. A voir pour le plaisir sadique pour se rendre compte du desastre que signe un cineaste, un vrai, mais qui n'en fait qu'à sa tete en faissant et racontant n'importe quoi. Crise de rire nerveuse assurée; (----+°

LE CAIRE CONFIDENTIEL de Tarik Saleh : Bon polar, bien battit sans grande originalité mais bien filmé et bien mené. (--+++)

GOOD TIME des freres Safdie : Balade nocturne New yorkaise faisant penser à AFTER HOURS de Scorcese, l'humour grincant en moins, la violence en plus. Un film singulier façon Cassavetes avec Pattinson qui d'un naturel effarant donne le meilleur de lui meme. (--+++)

L ATELIER de Laurent Cantet: Marina Fois campe ici une sorte de Mr Keating meme si le film est à l'opposé du film de Peter Weir. Des images ensoleillées qui contraste avec la noirceur du sujet, ou les enchanges tendus tres bien ecrits sont percutants. Un etat des lieux de la jeunesse avec les contradictions de l'adolescence, qui au detour d'une rencontre et qui grace au dialogue et à l'écoute peuvent permettre d'eviter le pire et de sombrer dans les tenebres. Electrisant malgré quelques longueurs (-++++)
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Mar Oct 24, 2017 22:20

Image
Synopsis : Max est organisateur de mariage, un métier qui n'est pas de tout repose entre les souhaits des mariés à réaliser, une brigade de cuisine à gérer, la musique, le photographe, etc...

Avis : Voilà une comédie qui fait du bien ! Une bonne comédie française originale, drôle du début à la fin, avec des répliques qui font mouche à chaque fois, des personnages à mourir de rire, le tout bien écrit et bien mis en scène. Le binôme Toledano/Nakache réussit encore une fois une excellente comédie portée par Jean-Pierre Bacri à qui ce rôle va comme un gant, et entouré d'un casting tous excellents dans leurs rôles.
Franchement, je ne trouve rien à reprocher au film qui m'a fait passer un excellent moment au cinéma ! Je suis le premier à critiquer toutes ces comédies françaises de mauvais goût qui se ressemblent toutes, mais ce duo de scénaristes/réalisateurs arrive une fois de plus à redonner ses lettres de noblesse au genre.

Une franche réussite !
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par Morcar » Dim Nov 05, 2017 17:34

Samedi matin, séance au cinéma avec mon fils de 5 ans, et hier soir autre séance avec un pote.

Image
Synopsis : Les Ninjago doivent combattre un ennemi qui n'est autre que le père de leur leader.

Avis : Un film sympathique pour les enfants, plus classique pour les plus grands, malgré les nombreuses références faites en guise de clin d'œil. Comme pour "La grande aventure Lego", le choix a été fait ici de mélanger animation Lego et prise réel. Ici, on commence même en prise de vue réelle, ce qui a surpris mon fils qui croyait s'être trompé de salle.
Ca se laisse suivre, mais autant dire que si ça n'avait pas été des petits Lego à l'écran, je doute que le film aurait attiré grand monde tant il est classique.


Synopsis : K, un Blade Runner et également un répliquant, se lance dans une enquête qui le mènera à découvrir l'impensable à propos des siens.

Avis : Ayant découvert récemment seulement le premier "Blade Runner", que j'avais trouvé sympa mais pas aussi incroyable que tout ce que j'avais entendu, je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec cette suite qui s'avère finalement à mes yeux meilleure que l'original.
La réalisation de Denis Villeneuve est une fois de plus excellente, même exceptionnelle je dirais ! Ca n'a jamais ennuyant, bien que le film soit lent et loin de tous les films de SF actuels qui proposent beaucoup d'action. Le casting est impeccable et l'intrigue très bien construite.
Evidemment, à la fin du film, on reste avec pleins de questions qui font qu'un troisième film pourrait même exister, mais ne sera pas pour autant indispensable. Pour moi, c'est une suite très réussie !!
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Morcar
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 23460
Inscription : Jeu Sep 07, 2006 0:15

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mar Nov 07, 2017 11:51

MISE A MORT DU CERF SACRE de Yorgos Lanthimos : Ce film n'est celui qu'on croit qu'il est. Ca m'a scotché dans mon fauteuil pendant 2 heures lentes au rythme certain ou l'angoisse monte progressivement. La scene du debut est horrible, et l'avant derniere sequence est effrayante. C'est parfaitement écrit, cette mise en abime de la destruction familiale est implacable. Fantastique dans tous les sens du terme. (+++++)

LE FIDELE de Michael R Roskam : je vais simple et rapide. Ca dure 2h10, j'ai roupillé à 2 reprises, et quitté la salle au bout de 1h40 ne tenant plus en entendant des dialogues aussi stupides et creux basculant facilement dans la vulgarité ou ces pauvres acteurs patinent dans la semoule d'une histoire aussi abracadabrante qu'invraisemblable. (-----)

THE SQUARE de Ruben Östlund : C'est costaud et long mais loin d'etre idiot bien au contraire. Le sujet se decante que dans la toute derniere partie du film. Faut etre patient et attentif. Le film travaille bien apres la projection. (-++++)

CORPS ET AME de Ildiki Enyedi : Un drole d'endroit pour une rencontre. Un peu trop long, j'ai un peu decroché en cours de route, mais les images precises et magnifiques fascinent. (--+++)
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

Re: Salles Obscures Ecrans Blancs films vus au ciné 2017

Message par La Grande Divine » Mar Déc 05, 2017 17:42

BLADE RUNNER 2049 de Denis Villeneuve : Faites comme la Divine si vous trouvez ça trop long, ça l'est, piquez donc un petit roupillon, en vous reveillant de votre somme je me suis aperçue que pas grand chose avait evolué. Les dialogues mein pfiou pfiou sont ampoulés comme par permis pour se donner une porte philosophico metaphysique, hein, oui on n'y pige rien à ces bavardages, les acteur sont certes beaux mais alors ils ne degagent rien. C'est donc un plat de SF plate froide et sans ame qui nous est servi là. Du coup se sont les décors qui piquent la vedette aux acteurs. oui formelement c'est beau, glacé, je remercie Villeuneuve d'avoir soigné sa mise en scene. Je m'y suis poliment ennuyé devant un film au final aseptisé. Au revoir le theme original ici remplacé par un brouhaha de Hans Zimmer assez degueulant (---++)

A BEAUTIFUL DAY de Lynne Ramsay : surtout a beautiful shit pouahahaha ce nanar pour intellos, un film incongru pour festivaliers, ou Joaquim Phoenix en fait des caisses. Ce n'est pas crédible, ça se prend tres au serieux, dans une sorte de grande guignolerie sang pour sang degoulinante d'hemoglobine aussi gratuite que vaine. Au bour d'un moment on finit par en rire tant tout ce fatras fini par etre drole malgré lui. (----+)
" If they're smart, they're queer. And if they're stupid, they're straight."
Edith Massey-FEMALE TROUBLE de John Waters.
Avatar de l’utilisateur
La Grande Divine
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 6406
Inscription : Ven Jan 26, 2007 1:08
Localisation : Dans les poubelles...Du Ritz maintenant

PrécédentSuivant

Retour vers Café

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 31 invité(s)

cron