Gérardmerveille - Le Quartier Ouvrier

Jeux de rôle en toile de fond de ciné jeux.

Modérateur: Maitre de Jeu

Gérardmerveille - Le Quartier Ouvrier

Message par Matteo » Ven Jan 30, 2009 11:02

LE QUARTIER OUVRIER

Image

Dans la partie nord de Gérardmerveille se trouve le quartier ouvrier, un quartier où vit la population la plus pauvre de la ville. Immeubles vétustes, routes défoncées, abris bus détruits et boutiques abandonnées sont le lot quotidien de la population locale.
On y trouve des commerces de proximité tels que la petite épicerie tenue par Abdel Safir, le troquet "Les quatre as" appartenant à Léon Berger, ou encore la boulangerie de Guitte, une vieille dame ayant dépassé l'âge de la retraite depuis bien longtemps, mais qui continue de travailler, ne sachant pas quoi faire d'autre de son temps.



ImageImage
Image
Enzo Matteo
CEO de MMP

Image
Avatar de l’utilisateur
Matteo
Producteur d'exception
Producteur d'exception
 
Message(s) : 391
Inscription : Ven Mars 28, 2008 11:31
Localisation : Gérardmerveille, campus MMP

Message par Matteo » Ven Jan 30, 2009 11:15

Minuit avait sonné depuis bientôt une heure déjà, au clocher de la vieille église du quartier ouvrier, quand la grosse berline que le vieux Rodolphe, "célèbre" sans-abri arpentant ces rues chaque nuit, avait déjà vu passer la veille, tourna tranquillement dans la même rue que le soir précédent, et se gara devant un immeuble abandonné.
Un homme en costume sombre en sortit, et s'échappa d'un pas soutenu de la ruelle pour tourner au coin de la rue.
Comme le soir précédent, Enzo Matteo traversa ainsi quelques rues en jetant sans arrêt des coups d'œil autour de lui, puis disparu dans le hall d'un immeuble, comme happé par ce monstre de pierre qui se tenait droit du mieux qu'il pouvait au milieu de ses voisins. L'homme grimpa les marches quatre à quatre, et frappa à la porte du troisième étage, qui s'ouvrit très rapidement.

Les volets entrouverts de l'appartement laissaient entrer la lumière de la rue, éclairant un peu plus les pièces laissées dans le noir, comme pour laisser croire que les lieux étaient inhabités. Au milieu du salon, dans l'ombre, trônait encore la table à laquelle Enzo s'asseyait chaque fois qu'il rendait visite à son hôte, et sur laquelle ce dernier avait déposé quelques verres prêts à l'usage, comme il en avait l'habitude.
Comme à chaque fois, Enzo s'assit à cette table et se servit lui-même un verre de Martini, avec la bouteille qui restait debout sur la table. Son hôte vint s'asseoir devant lui et lui reposa la même question qu'à chaque fois :

- Alors ?...
- Alors mon informateur l'a vu entrer au Gérardmerveilles News. Je pense qu'il commence à s'inquiéter...
- Bien... Laissons le encore s'inquiéter un moment, alors...
Enzo Matteo
CEO de MMP

Image
Avatar de l’utilisateur
Matteo
Producteur d'exception
Producteur d'exception
 
Message(s) : 391
Inscription : Ven Mars 28, 2008 11:31
Localisation : Gérardmerveille, campus MMP

Message par Jérémie Walken » Ven Jan 30, 2009 22:27

Le quartier ouvrier. Il avait beau ne plus y remettre les pieds aussi souvent qu’autrefois, il n’oubliait pas que les années les plus mouvementées de sa vie s’étaient en grande partie déroulées ici, à un coin de rue des Quatre As. Déambulant tranquillement dans les rues malfamées de ce quartier cher à son cœur, l’homme jouissait enfin d’un peu d’intimité. Les ouvriers étaient pour la plupart enfermés dans leur usine et leurs femmes n’avaient guère le temps de sortir prendre l’air. Seuls des enfants couraient ici et là avec toute l’innocence propre à la jeunesse, ignorant totalement qu’un des hommes les plus riches de la ville se tenait parmi eux.

La vieille Guitte tenait toujours sa boulangerie. Nul n’ignorait qu’elle aurait dû être à la retraite depuis longtemps. Peu de gens savait néanmoins que ce petit commerce cachait des activités bien plus mystérieuses que le simple pétrissage du pain. L’homme se souvenait des rencontres secrètes qu’il avait eues à l’époque avec Kasowitz et sa bande de la mafia, à cet endroit même. Les conspirations, les menaces. Tout cela était désormais loin derrière lui. Il agissait maintenant dans l’honnêteté, et le Maire lui en était redevable.

Pris dans ses souvenirs, l’homme passa devant son rendez-vous sans même s’en rendre compte. Un sifflement le tira de sa rêverie.
Il était là, accoudé au lampadaire comme le plus simple des citoyens, le regard vif mais angoissé. Lorsqu’il prit la parole, l’homme comprit que quelque chose n’allait vraiment pas :

- Suis-moi, Walken... j’ai à te parler...
- À vos ordres, Monsieur le Maire...
Avatar de l’utilisateur
Jérémie Walken
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 3258
Inscription : Sam Oct 21, 2006 21:44
Localisation : In The Cold Winds Of Nowhere

Message par William Molchany » Dim Fév 01, 2009 23:40

Le Maire était vêtu d'une tenue très simpl, pour paraître inaperçu dans le quartier, avec un sweet-shirt à capuche qu'il avait rabattu par dessus sa tête pour ne pas qu'on reconnaisse son visage. Parmi les nombreux zonards du quartier, il passait inaperçu, et certains passants lui avaient même jeté des regards noirs sans savoir que l'homme qui se camoufflait sous ce pull était celui qui gérait l'économie de leur ville.

Suivi par le producteur Jeremie Walken, il marcha jusqu'à une ruelle tranquille où ils allaient pouvoir discuter sans craindre d'être entendus. De toute façon, deux hommes de main au service de William Molchany s'étaient placé à chaque extrémité de la rue pour éviter que n'importe quel importun ne se glisse là.
Les deux hommes s'arrêtèrent, et le Maire en vint directement aux choses sérieuses, sachant très bien que son interlocuteur n'aimait pas tourner autour du pot.

- Nikolas Morcar commence sérieusement à m'ennuyer, notamment avec les propos qu'il a à mon encontre en public. Qu'il ne soit pas un partisan de mon gouvernement est une chose, mais qu'il lance des sous-entendu à chaque fois qu'il en à l'occasion, à propos de moi m'ennuie sérieusement. J'espérais qu'après son foutu documentaire il se calmerait, mais visiblement, c'est tout le contraire qui arrive. On dirait bien qu'il se croit tout permis, et j'aimerais lui faire comprendre une bonne fois pour toute qu'on ne parle pas ainsi de moi sans en payer le prix.
J'ai fait le nécessaire pour que le festival qu'il souhaitait organiser ne se fasse pas, pas à Gérardmerveille en tout cas. Mais il faudrait faire plus. Aussi, j'ai pensé que la meilleure méthode serait d'utiliser contre lui ses propres armes, et qu'un documentaire sur lui serait sans doute très intéressant. Il en a déjà fait un sur Gérard Cousin et un sur moi, alors pourquoi n'aurait-il pas le droit d'en avoir un sur lui ?
J'ai donc pensé à toi pour ça. Je voudrais savoir si tu serais d'accord pour produire un tel film. Evidemment, ta société bénéficierait d'une aide de ma part, indirectement assurément, qui te rembourserait tous les frais de ce documentaire, et plus encore. Qu'en dis-tu ? Je te le demande en tant qu'ami.


La demande du Maire était claire, et il espérait avoir une réponse immédiatement, même s'il ne n'était pas sûr de la réponse de son interlocteur. En effet, il n'avait jamais pu dire avec certitude si Jeremie Walken était ami ou pas avec Nikolas Morcar, et il ne savait donc pas s'il était prêt à faire une telle chose contre lui.
Maire de Gérardmerveille de 2010 à 2018
Union pour un Mouvement Citoyen

Avec l'UMC, construisons notre avenir !
Avatar de l’utilisateur
William Molchany
Producteur reconnu
Producteur reconnu
 
Message(s) : 36
Inscription : Dim Fév 01, 2009 0:52
Localisation : Gérardmerveille

Message par Jérémie Walken » Lun Fév 02, 2009 4:01

Quand le Maire en eut terminé avec son petit discours, le producteur qui lui faisait face ne parvint pas à réprimer un large sourire, celui là même qu'il arborait toujours fièrement devant le grand public, pour le plus grand plaisir des photographes et des dames de la trentaine. Il s'adossa tranquillement au mur de pierre derrière lui et prit le temps de regarder son vis-à-vis dans les yeux, le sourire aux lèvres. Enfin, il soupira, visiblement soulagé d'un poids invisible.

- Tu m'as fais peur Will, et il sourit derechef. J'ai cru que tu avais des ennuis, des vrais. J'ai entendu des trucs pas très engageant dernièrement, et je craignais que tu ne sois concerné. J'ai même pensé un moment que tu me demanderais de reprendre du service. Tu sais... ce quartier... la dernière fois qu'on s'y est vu... Enfin. Me voilà rassuré.

Le producteur s'arrêta et regarda à nouveau le Maire dans les yeux. Quelque chose dans son regard avait changé mais l'homme n'aurait pu identifier la source de ce changement, ni sa signification. Le silence s'étirait lorsque le producteur se rappela la demande de son jeune compagnon de route. Il ne s'était pas attendu à une pareille requête mais il possédait déjà une réponse tout faite.

- Je ne veux pas entrer en guerre contre Morcar, Will, ou contre n'importe lequel des producteurs de la ville. La situation actuelle m'est déjà suffisamment inconfortable comme ça. Et puis tu ne crois pas qu'un tel documentaire pourrait être d'un ennui mortel ? De quoi traiterait-t-il ? De sa relation avec l'asiatique? Des nombreuses maîtresses qu'il entretient secrètement ? Je ne m'intéresse pas à ce genre de ragots, tu le sais bien. Je refuse de prêter mon nom ou celui de ma société à une pareille entreprise de salissage. Tu n’es pas sans savoir qu'on en veut à ma vie un peu partout dans la ville. J'ai fait une enquête discrète et je ne peux pas affirmer avec certitude que Morcar ne soit pas impliqué dans un coup contre moi. Il fréquente un peu trop ce bourgeois de Mattéo... et sans doute aussi le maudit Serrat. Je ne suis pas à l'abri d'un complot et je ne me permettrai pas d'y mêler mes employés par un documentaire subversif, sois-en assuré, Will...
En attendant, ignore Morcar et tout ce qu'il peut bien raconter. Je ferai de même. S'il va trop loin, on verra toujours ce qu'on peut faire... discrètement. Et aussi, laisse-le faire son festival, Willy. Tu me fais penser à un gosse de riche qui se croit tout permis. Je ne cautionne pas ça.


Le producteur avait parlé comme un adulte s'adressant à un enfant, encore une fois. Il aimait bien démontrer au Maire qu'il n'était pas complètement servile, que son engagement auprès de lui n'était pas inconditionnel. Après avoir affiché une dernière fois son sourire avenant, l'homme se redressa et quitta la ruelle d'un pas assuré, se dirigeant selon toute vraisemblance vers Les Quatre As. La journée était encore jeune...
Avatar de l’utilisateur
Jérémie Walken
Producteur légendaire
Producteur légendaire
 
Message(s) : 3258
Inscription : Sam Oct 21, 2006 21:44
Localisation : In The Cold Winds Of Nowhere

Message par William Molchany » Lun Fév 02, 2009 9:58

Le Maire avait écouté avec attention la réponse de son "ami", et l'avait laissé terminer. Il avait bien senti que Jeremie Walken, dans ses paroles, avait tenu à lui rappeler qu'il ne lui était en rien redevable, au contraire. Il comprenait sa réponses, et pourtant, il était persuadé qu'un documentaire sur le producteur serait intéressant, car Nikolas Morcar, comme beaucoup d'autres professionnels de la ville, avait bien plus de choses à chacher qu'il ne le laissait paraître. Sa reprise de pouvoir au sein de Morcar Prod, par exemple, comportait de nombreuses zones floues qu'il aurait été intéressant d'éclaircir.
Mais soit ! Jeremie ne souhaitait pas se lancer sur ce terrain, il ferait avec. Le laissant quitter les lieux, il reprit la route dans le sens inverse, et traversa le quartier, disparaissant plus loin entre deux bâtiments...
Maire de Gérardmerveille de 2010 à 2018
Union pour un Mouvement Citoyen

Avec l'UMC, construisons notre avenir !
Avatar de l’utilisateur
William Molchany
Producteur reconnu
Producteur reconnu
 
Message(s) : 36
Inscription : Dim Fév 01, 2009 0:52
Localisation : Gérardmerveille

Message par Jonathan Gambit » Jeu Fév 05, 2009 16:10

Arrive du GERARDMERVEILLE NEWS

Jonathan en avait sufisament appris sur Bonafide au Gerardmerveille News. Dehors, dans le quartier ouvrier, les gens commençait à s'abriter de la pluie qui tombait abondament.

Foutu histoire... Le mystérieux mots laisser ne lui laissait aucuns indices pouvant l'aiguiller vers telle ou telle direction. Il ne savait pas si Golan jouait la comédie ou s'il était de mèche... Et Molchany ? Etait-il au courant ?

Tout en marchant, ruisselant de pluie, il apperçut une armoire à glace, en costume noir, lunettes et oreillette...

Gambit souria intérieurement. C'était la parfaite caricature du garde du corps. Apparement, il semblait surveiller une petite ruelle où deux hommes discutaient.

Si il ne reconnu par le premier homme, caché par une capuche, le second lui était familier : Jeremie Walken.

C'était chose courant à Gerardmerveille de croiser des célébrités, mais rarement dans une ruelle sombre.

Il n'en fit pas de cas. Il avait assez à s'inquiéter pour lui-même que s'occuper du bizness des autres.

Pourtant, depuis quelques heures, il avait une mauvaise intuition... Comme l'impression que quelqu'un l'observait... Mais il n'avait réussi à repéré le bonhomme. Il continua son chemin, bravant le mauvais temps, rêvant d'un bon feu de cheminé et d'un verre de Scotch...
Avatar de l’utilisateur
Jonathan Gambit
Producteur d'exception
Producteur d'exception
 
Message(s) : 346
Inscription : Lun Jan 12, 2009 23:37

Message par Matteo » Lun Fév 16, 2009 16:32

Enzo Matteo attendait, attablé dans un coin des "quatre as", que son informateur arrive. Il avait quitté le bureau plus tôt ce jour là, tout spécialement pour l'occasion, et s'était rendu au quartier ouvrier comme prévu.
Le vieux Léon vint arriva avec le verre qu'Enzo avait commandé, au moment où l'informateur entrait dans le vieux bistrot. L'homme vint directement vers la table et profita de la présence du tenancier pour lui passer sa commande. Tandis que le patron retournait vers son comptoir, Enzo demanda à voix assez basse pour ne pas être tendu de la table voisine :

- As-tu du nouveau ?
- Non, rien de neuf. Depuis son passage au Gérardmerveilles News, je n'ai rien remarqué de spécial dans ses agissements. Mais je pense qu'il est temps d'arrêter cette filature.


Tout en disant ceci, l'homme regardait autour de lui régulièrement comme s'il craignait d'être observé. Un comble pour un homme dont le travail consistait à surveiller un autre. Le café du vieux Léon était un lieu de passage très réputé, et les clients entraient et sortaient du bâtiment régulièrement. Aussi, parmi tous ces gens, il était difficile de savoir qui venait pour quoi.
C'est pour cette raison qu'Enzo Matteo avait préféré venir là, tout en faisant le nécessaire pour qu'on ne le reconnaisse pas. Sa présence à la direction de Morcar Prod pendant une année faisait que son visage était désormais connu. Ca n'avait pas que des avantages d'être célèbre.

- J'ai peur d'avoir été repéré, ajouta l'informateur pour expliquer ses dernières paroles.
- Très bien, de toute façon, j'ai ce que je voulait, répondit Enzo en glissant une grosse enveloppe sous la table.


L'homme ne prit pas le temps de vérifier si le compte y était. Il glissa l'enveloppe le plus discrètement possible dans sa veste, pour ne pas attirer les regards curieux, puis après avoir vidé d'un trait le verre que Léon Berger venait tout juste de lui servir, il se leva, et quitta l'établissement.
Enzo Matteo attendit un moment avant de partir à son tour, terminant tranquillement le double Martini qu'il s'était fait servir. Puis il s'en alla doucement en saluant le patron.
Enzo Matteo
CEO de MMP

Image
Avatar de l’utilisateur
Matteo
Producteur d'exception
Producteur d'exception
 
Message(s) : 391
Inscription : Ven Mars 28, 2008 11:31
Localisation : Gérardmerveille, campus MMP

Re: Gérardmerveille - Le Quartier Ouvrier

Message par Sergiot » Ven Sep 03, 2010 0:17

Continuant sa ballade nocturne, Sergiot traverse le quartier ouvrier. Cet ilet composé de taudis est baigné dans une brume opaque formée par quelques fumées de cheminées. Ne s'attardant pas dans cet endroit nauséabonde, il continue son chemin d'un pas pressé. La fraicheur de la nuit lui à fait remonter le col de son long manteau noir, et baisser un peu plus son chapeau. Un homme déambulant ivre-mort arrive à sa hauteur, et bredouilles quelques mots incompréhensibles. L'homme s'écroule à ses pieds. Sergiot écrase une clope à proximité de la chevelure grisonnante et poisseuse de cet homme, puis continue son chemin... Un quartier ouvrier hanté par les démons du passé, un nouveau scénario émerge...
Des films que vous rêviez ? Non ! Ici prendront formes vos pires cauchemars…
La vie n'est pas un Disney. Bienvenue dans la vrai vie... (Sergiot)
Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant... (Pierre Tombale)

Image
Avatar de l’utilisateur
Sergiot
Producteur culte
Producteur culte
 
Message(s) : 1173
Inscription : Mer Jan 09, 2008 0:12
Localisation : Trouvez-moi...


Retour vers Zone RPG

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron